+0 332 548 954

contact@site.com

Comment élargir la panoplie alimentaire de mon enfant ?

octobre 29, 2018 - Severine

No Comments

Stimuler votre enfant à goûter de nouveaux aliments et lui apprendre à les manger n’est pas toujours tâche facile et vous pouvez, en tant que parents, vous sentir démunis face à cet apprentissage. Bien que cela soit plus compliqué avec des enfants autistes, élargir leur panoplie alimentaire est envisageable et vous avez raison de vouloir relever le défi !

Il faudra cependant procéder par étapes : avaler une bouchée d’un aliment inconnu étant l’étape ultime d’une série d’évolutions préalables.

Il est à noter que le nombre d’étapes et la vitesse à laquelle elles seront franchies dépendront de chaque enfant et varieront d’un aliment à l’autre ! Comme nous l’avons signifié dans notre fiche précédente, cette situation d’apprentissage doit être à différencier du temps de repas (temps et lieu).

 

Préalables

– Le mot d’ordre dans la diversification alimentaire de votre enfant est de le rendre ACTEUR de tout ce qu’il reçoit, fait (aliments, stimulations…). Pour cela il faut mettre à sa portée tout ce qui lui donnera envie de faire et découvrir par lui-même afin de s’approprier ce que vous lui proposez.

– Avant de proposer à votre enfant de faire quelque chose, montrez-lui avant. FAIRE AVEC LUI les activités le rassurera dans ses découvertes et l’aidera à faire pareil.

 

1/ Se familiariser

Votre enfant a besoin de s’habituer à la façon dont un aliment stimule ses sens. Pour cela il est nécessaire de le laisser jouer avec la nourriture, le jeu permettant plus facilement de dépasser ses limites et de rendre un apprentissage alimentaire moins fastidieux.

– Pour cela vous pouvez détourner la fonction première des aliments (être mangés) pour les transformer en véritable outils de jeu.

Par exemple, construire un château avec les légumes, créer des tampons avec des pommes de terre, bricoler des personnages avec des fruits, confectionner un jeu de l’oie, ou encore des jeux « patouilles » comme écraser des aliments avec les doigts, les utiliser comme des « stylos » (laisser des traces sur une feuille)…

 

­- Pour que votre enfant se familiarise avec les aliments, vous pouvez également lui faire sentir les aliments ou les préparations qui composeront le repas.  N’hésitez pas à proposer des goûts originaux vous pourriez être étonnés des préférences que peuvent avoir les enfants !

 

– Enfin, proposer à votre enfant de vous accompagner pour les courses le rendra acteur dans les aliments qu’il pourra éventuellement choisir de goûter.

 

NB : L’objectif étant que votre enfant découvre différemment l’aliment, qu’il s’y habitue ! Rendre les sollicitations les plus ludiques possibles favorise les découvertes.

 

2/ Goûter

Après cette première étape, vous pouvez proposer à votre enfant de goûter l’aliment. Mais attention : goûter ne veux pas forcément dire avaler mais « s’habituer avec la langue » ! Un aliment en bouche produit beaucoup de sensations et il faut pouvoir se familiariser avec les goûts, les textures. Glisser un aliment inconnu dans sa bouche et se laisser stimuler de l’intérieur demande du courage. Pour aider votre enfant à goûter il faut que vous ayez certains éléments en tête :

  • goûter ne signifie pas aimer: n’essayer pas à tout prix de savoir si votre enfant a aimé ou non, mais proposez lui plusieurs fois un aliment afin qu’il s’habitue au goût. Cela peut demander du temps.
  • goûter ce qui vient à table : il est primordiale de présenter l’aliment à goûter tel que vous le servirez à table afin que votre enfant se construise des repères et puisse anticiper le goût à table.
  • analyser l’aliment avant et après l’avoir goûté : Poussez votre enfant à prédire la saveur, la texture supposées d’un aliment. Laisser lui le temps de l’analyser pour s’en faire une idée. Puis vérifier avec lui s’il avait raison. A la manière d’un détective il se motivera à mettre des aliments en bouche.

Pour amener votre enfant à goûter, vous pouvez lui proposer des aliments ayant des goûts très tranchés : curry, citron, câpres, cornichons, bonbons acidulés, piquants, acides, du sucre pétillant… Soyez créatifs 😉

NB : Comme nous vous l’avons expliqué dans la fiche « adaptation de l’alimentation », il vaut mieux présenter les aliments froids ou chauds car ils dégagent plus d’odeurs.

 

3/ Mastiquer

Place à la mastication avec tous les nouveaux défis qui entrent en jeu !

Cette expérience peut se faire par petites étapes selon les enfants : le fait de « planter les dents » dans un aliment représente déjà un énorme défi. De plus mâcher un aliment implique la libération de nouveaux goûts et odeurs (mélange avec la salive) demandant à l’enfant de s’habituer. Il est d’ailleurs préférable de leur expliquer à l’avance les changements qui peuvent avoir lieu. Enfin votre enfant devra évaluer la force à mettre dans les joues pour pouvoir mâcher l’aliment, demandant encore une fine analyse.

Afin de favoriser la mastication, le feed-back auditif peut-être un bon support. Des aliments croustillants (gâteaux secs, biscuits apéritifs) ou au contraire fondants (miel, chocolat, caramel mou) permettent en effet à l’enfant d’avoir un retour immédiat de ce qu’il mâche.

 

4/ Avaler de petites bouchées

Vous arrivez à la dernière étape : apprendre à votre enfant à manger de petites bouchées. La nouveauté c’est que votre enfant va devoir trouver le courage d’avaler ce qu’il met en bouche. Pour cela vous pouvez d’abord lui proposer une seule petite bouchée à mastiquer et avaler jusqu’à ce qu’il puisse manger plusieurs bouchées successives. Vous pouvez également l’aider à visualiser la quantité qu’il devra manger. Le fait de rendre concret ce qu’il doit manger le rassurera. Enfin vous pouvez désormais associer ce nouvel aliment avec un aliment qu’il connait déjà et qu’il aime. Un verre d’eau à porter de main peut également faciliter la déglutition.

A ce stade-là, vous pouvez jouer sur la taille, la texture (dur, mou, en purée…) ou encore la consistance (croquant, friable, collant, fondant…) des aliments. Il est toutefois préférable de n’agir que sur un paramètre à la fois et non les trois ensembles. 

 

NB : La préparation d’un gâteau est une très bonne activité pour développer l’alimentation de votre enfant ! A travers cette activité, il pourra découvrir chaque ingrédient (toucher, sentir,…) puis réaliser la recette ce qui le rend ACTEUR et enfin s’il le désire le manger et le partager avec d’autres.

 

Ainsi l’apprentissage alimentaire peut être progressif et doit se faire pas-à-pas selon les enfants. Le schéma proposé n’est qu’un fil conducteur ! A vous parents de l’adapter à votre enfant.

Quoiqu’il en soit il faut laisser du temps à votre enfant pour se familiariser avec un aliment et le jeu peut être une bonne porte d’entrée. Il est à noter qu’un aliment doit parfois être présentés jusqu’à 9 fois avant d’être accepté alors ne baisser pas les bras après seulement 3 présentations refusées. L’habituation à un nouvel aliment peut être longue !

 

Un dernier conseil : alterner les aliments à découvrir d’une séance à l’autre ! En effet cela permettra à votre enfant de ne pas faire de lien hâtif entre apprentissage= aliment particulier, sa motivation sera plus grande et cela évitera une certaine lassitude provoquée par la présentation répétée d’un même aliment, et enfin il aura moins l’impression d’être dans une situation d’apprentissage alimentaire mais plus dans le fait de trouver le courage pour tâter, sentir, goûter divers aliments.

 

A vous de jouer ! Soyez créatifs pour détourner un aliment et donner à votre enfant l’envie de le mettre en bouche 

 

NB : Au cours du repas, proposez à votre enfant un aliment qu’il ne veut pas manger, mais qu’il connait, suivi de l’aliment qu’il désire. Utilisez ce dernier comme récompense au fait d’avoir mangé autre chose avant ! Pour cela, l’utilisation de photos peut s’avérer très utile ! En effet expliciter à votre enfant ce qu’il va devoir manger et dans quel ordre lui permettra de savoir ce qu’il doit faire et ce qu’on attend de lui. Ainsi pour manger ce qu’il souhaite, il sait qu’il devra manger autre chose avant.

Severine

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *